Dear Friends

http://img249.imageshack.us/img249/7215/dearcustomus5.jpg

Informations générales

Titre original : Dear Friends

Réalisateur / Producteur : Morosawa Kazuyuki

Genre : Amitié, maladie, drame

Pays : Japon

Durée : 115 min

Année : 2007

Musique(s) : Dear Friends de SOULHEAD

 

Casting

Kitagawa Keiko dans le rôle de Rina

Motokariya Yuika dans le rôle de Maki

Kikawada Masaya dans le rôle de Yôsuke

Sasaki Mao dans le rôle de Kanae

Toriyama Airi dans le rôle de Hiroko

Matsushima Hatsune dans le rôle d'Emi

Miyazaki Yoshiko dans le rôle de la mère de Rina

Osugi Ren dans le rôle du père de Rina

Mantaro Koichi dans le rôle du docteur

Otani Naoko dans le rôle de l'infirmière en chef

 

 

Résumé

Rina est une garce prétentieuse, aguicheuse et irrespectueuse qui se fiche de l'amitié et ne s'interesse qu'à son propre corps, à ses conquête et à sa réputation. Pourtant, depuis quelques temps, Rina ressent de plus en plus de vertiges et de nausées. Une nuit, en plein milieu de la piste de dance de sa boîte fétiche, Rina perd connaissance. Lorsqu'elle se réveille, elle est à l'hôpital et son état de santé est, malgrès ce qu'elle pense, inquiétant. Pourtant son séjour à l'hôpital va lui apporter ce qu'il y a de plus précieux au monde : l'amitié.

 

Avis

C'est un film très émouvant. Déjà du point de vue de Rina: elle change d'attitude et s'améliore au fil du film; ses préoccupations sur le devenir de ses cheveux ou ses seins sont, pour nous les filles, touchantes. Bien sûr, on retrouve des points typiques des histoires sur les maladies mais c'est inévitable : la difficulté à accepter sa maladie puis réussir à vivre avec, à se battre... Du point de vue de Maki, c'est tout bonnement son attitude gentille et simple qui touche. Quand à la petite Kanae, elle est adorable.

Bref, j'ai beaucoup aimé Kitagawa Keiko, elle se débrouille très bien (mais Motokariya Yuika se débrouille très bien aussi). L'ambiance est certes triste mais supportable. L'histoire est mignonne et, finalement originale car Rina n'est pas le personnage habituel des "films de maladie". Il y a peut-être quelques passages un peu longuets mais ça va. Franchement, je le conseillerais. Ah, par contre, la place des garçons dedans y est très très très petite (car inutiles ou salops ou imbéciles...)

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×