Eléctions du 30 août 2009

 

Composition actuelle du Gouvernement japonais

  • L'empereur est AKIHITO depuis le 7 janvier 1989. Il a succédé à son père, l'empereur Shôwa.
  • Premier Ministre (chef du gouvernement) : Hatoyama Yukio
  • Vice Premier Ministre (chargé de la politique économique, financière, scientifique et technologique) : Kan Naoto
  • Ministre des Affaires Intérieures (promotion de la souveraineté régionale) : Haraguchi Kazuhiro
  • Ministre de la Justice : Chiba Keiko
  • Ministre des Affaires étrangères : Okada Katsuya
  • Ministre des Finances : Fujii Hirohisa
  • Ministre de l'Education, Culture, Sport, Sciences et Technologies : Kawabata Tatsuo
  • Ministre de la Santé, Travail, Affaires sociales (chargé de la Réforme des retraites) : Nagatsuma Akira
  • Ministre de l'Agriculture, Forêts, Pêche : Akamatsu Hirotaka
  • Ministre de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie : Naoshima Masayuki
  • Ministre de l'Aménagement du territoire, Infrastructures, Transports, Tourisme (chargé d'Okinawa et territoires du Nors, catastrophes naturelles) : Maehara Seiji
  • Ministre de l'Environnement : Ozawa Sakihito
  • Ministre de la Défense : Kitazawa Toshimi
  • Secrétaire général et Porte-parole du gouvernement : Hirano Hirofumi
  • Président de la Commission nationale de la Sûreté publique (chargé des enlevés) : Nakai Hiroshi
  • Secrétaire d'Etat (chargé des services financiers et de la réforme des services postaux) : Kamei Shizuka
  • Secrétaire d'Etat (chargé de la consommation, sécurité alimentaire, affaires familiales, égalité des sexes) : Fukushima Mizuho
  • Secrétaire d'Etat (réformes administratives et de la fonction publique) : Sengoku Yoshito

Ce gouvernement est essentiellement constitué de membres du PDJ : Parti Démocratique du Japon, dont fait parti M. Hatoyama Yukio. Ce-dernier succède à M. Tarô Aso du PLD (Parti Libéral Démocrate) avec 42,9% des voies contre 26,7% pour le PLD, parti traditionnellement le plus fort.

C'est donc un grand changement politique pourtant la population n'a pas montré d'excès de joie : elle attend du nouveau gouvernement des solutions qui résoudraient la crise sociale (débutée avec l'explosion de la bulle spéculative des années '90) qui ne fait que s'épandre avec la crise actuelle. C'est donc de véritables défis liés aux problèmes de l'endettement (170% du PIB), du vieillisement de la population en parallèle avec une baisse de la natalité et le besoin d'un remaniement de la politique étrangère du Japon.

Il faut savoir que la précarité et le chômage touchent massivement et le pays et ne semble pas prêt de s'arrêter. En juillet 2009, le taux de chômage était de 5,7%, sachant que 9,9% des jeunes de 15 à 24ans se retrouvent sans emploi.

Quand aux relations internationales, le Japon a toujours joui de liens très proches avec les Etats-Unis, or le gouvernement Hatoyama semble vouloir se détacher un peu du pays, ce qui n'est pas très bien vu par la population...

Autre grande annonce : réduire de 25% les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020 (ce qui par ailleurs n'est pas trop en accord avec les Etats-Unis qui sont plutôt frivoles sur le sujet).

Le gouvernement a aussi promis le versement d'une allocation familiale mensuelle de 26000 yens (soit 195 euros) par enfant jusqu'à la fin du collège et promet aussi la gratuité du lycée (qui pour le moment est totalement payant et en plus très séléctif, beaucoups sont privés en fait)

Voilà en gros, ce qu'il en est de ces éléctions.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site