Le séisme au large de Sendai en mars 2011

 

             Je pense que nous avons tous été touchés par la catastrophe naturelle qui s'est produite vendredi 11 mars 2011 au Japon. Depuis quelques jours (le mercredi 9 notamment), des séismes avaient été sentis. Leurs magnitudes dépassaient 5 sur l'échelle de Richter qui va grosso modo jusqu'à 9, voire 9,5 comme le séisme qui a dévasté le Chili en 1960 provoquant un tsunami et tuant 5700 personnes. Le tsunami alla jusqu'aux côtes japonaises et haïtiennes.
            Les séisme de mars 2011 sont dûs aux mouvements tectoniques de cette zone : la plaque Pacifique plonge en effet sous la plaque Amérique du Nord. C'est ce qu'on appelle une zone de subduction. Il ne faut pas oublier que les plaques de notre planètes bougent et lorsqu'elles se rencontrent, poussent l'une contre l'autre. Le résultat n'est autre qu'une forte tension qui produit donc soit une zone de subduction, soit une zone de collision : là où sont nos montagnes. Ici, les deux plaques en tension ont fini par céder et ont relâché leur tension. Tout ceci se passe à 130 km à l'est de Sendai à 22km de profondeur. La tension relâchée provoque donc comme des vibrations de la terre. Le vendredi 11 mars, la tension relâchée est évaluée à 8,9 voire 9 sur l'échelle de Richter. Les tremblements touchent toute la région du Sendai bien sûr mais descendent à Tokyo. Dans la capitale, on ne peut plus marcher droit et l'on a mal au coeur tellement la terre bouge.

           Heureusement, le Japon est habitué aux séismes et en a déjà connu des puissants (voir celui de Kobe en 1995 qui avait révélé la faiblesse des constructions japonaises face aux séismes). Par conséquent, les bâtiments sont construits de manière à résister à de fortes secousses, les espaces entre chacun sont soigneusement étudiés et tout est fait pour que les bâtiments bougent mais ne tombent pas. Le séisme, bien qu'étant violent, n'a pas détruit beaucoup d'habitations.

           En revanche, un tel mouvement de la terre a de fortes répercussions sur l'eau. Un séisme puissant est généralement suivi d'un tsunami. Et en une dizaines de minutes, une vague telle un mur de 10mètres, s'est abattue sur les régions proches de la mer. La vague est entrée jusqu'à 5km sur le territoire nippon.
           Le total exact des victimes n'est pas connu mais un tsunami d'une telle ampleur ne peut qu'avoir tué des milliers de personnes. Sans doute, beaucoup de villageois pas loin de la mer ont été surpris par la vague étant donné la rapidité du phénomène. Les habitations, les voitures, les champs, les routes, tout a été violemment détruit. Les images sont monter les larmes. Je ne sait pas comment bien le dire mais je crois que l'on pourrait rendre hommages aux morts, aux blessées, aux familles détruites par la tristesse et saluer le calme impressionant des japonais.

          Avec les problèmes nucléaires qui viennent s'ajouter aux catastrophes naturelles, les japonais voient s'acharner le sort. Erreur humaine, fatalité, anti-nucléaires, écologistes, les débats vont fleurir dans les jours qui suivent. Pour ma part, je retient mon souffle et croise les doigts pour que la situation s'améliore et que le Japon puisse vraiment penser à se relever. Je ne pense pas que ce soit vraiment le moment de juger mais plutôt d'aider (quand on en est capables ...). A l'heure où j'écris ce texte, la situation est encore très délicate et je ne sait pas trop quoi penser.

A surveiller donc

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site